AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue à Séoul
Remember me for centuries est un forum rp inspiré de la série Reply. Un univers qui nous transporte dans les années 95. L'ensemble du design est de daevil et shin. Les textes sont propres à remember me for centuries. Les personnages et les rp appartiennent aux membres. Une multitude de liens sont recherchés par les membres que vous trouverez dans le forum pré-liens.
➸ le recensement est fini et le petit event est lancé ! ➸ le bowling light strikes vient d'ouvrir ses postes, va donc y faire un tour ~ ➸ viens lire les dernières nouveautés par ici !

Page 1 sur 1

 (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day.

avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
(sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Dim 11 Mar - 19:21
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
« Allez seonsaengnim, un peu de nerf ! » criais-je pour l’encourager. Cela fait maintenant plusieurs longues minutes – ou plutôt une heure – que l’on est sur le terrain, à se dépenser. Je prends mon rôle de coach très au sérieux, mettant au point un programme sur mesure pour mon jeune professeur. Si lui fait de son mieux pour que je sois attentif en classe, il en est de même pour moi qui tente de lui faire apprécier ma passion pour le sport. Je ne pensais pas être plutôt à l’aise en sa compagnie en si peu de temps. Et même si je reste tout de même un minimum réservé, je ne me prive pas pour élever la voix tel un véritable coach. Non pas pour l’engueuler, mais plutôt pour le motiver. C’est comme ça qu’il fait le prof de sport et étrangement, ça marche plutôt bien.

Notre petite session a d’abord commencé par une série d’étirement où je lui ai montré mes préférés et les plus efficaces. Il s’en est suivi quelques exercices d’échauffement, des jumping jacks, une série de pompes, puis un peu de gainage et surtout ; du footing. On court depuis un bon moment déjà, je n’ai pas pensé à regarder l’heure ou même à nous chronométrer mais vu l’état du professeur, il semblerait que l’on ait assez couru comme ça. Je ralentis un peu, trottinant tout en lui disant « Okay, on va arrêter là. ». Je prends les directives, j’aime bien décider, c’est très différent des cours où je dois me contenter d’écouter. Ainsi s’arrête le footing, mais je ne compte pas en finir aussi vite. Je cours jusqu’à mes affaires avant de revenir vers le professeur, un ballon de football américain entre les mains. Il semblait plutôt curieux à ce sujet, alors autant l’initier un peu ? « Vous inquiétez pas, on fera juste quelques passes. » le rassurais-je tout de même. « En position ! » criais-je tandis que je trottine en reculant, cherchant à mettre un peu de distance entre nous. « Faites comme moi. » Et sans même le prévenir, je lance la balle en sa direction comme le ferait un quarterback. Rien de bien compliqué. J’attends qu’il intercepte le ballon avant de me le renvoyer. Commence alors une petite série de passes. Il se débrouille bien mieux que ce que je pensais, je n’ai rien à dire. Néanmoins, tandis que je regarde en sa direction, je remarque un couple un peu plus loin. Beaucoup profite du fait que le terrain soit inoccupé pour venir s’entraîner en toute tranquillité et certains semblent trouver que c’est une bonne idée de venir ici avec leur copine. Ah, oui, c’est la saint-valentin. Alors forcément, les couples aiment se montrer. Je roule des yeux avant de grimacer un peu. Curieux comme toujours, je me décide à questionner mon professeur. « Dites, vous avez une copine ou une fiancée ? » demandais-je comme si de rien n’était.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Mar 13 Mar - 10:32
Parfois, le professeur se demandait pourquoi il était si amical et avenant envers ses élèves et bien qu’il ne le regrettait pas, ses décisions pouvaient aboutir à des situations plus que gênantes pour lui. Une véritable torture qu’il assumait malgré tout parce qu’il tenait promesse et parce que son étudiant avait décidé lui aussi de fournir les efforts nécessaires à sa progression sur papier, rééquilibrant les faits avec les apparences. Hae Yeon, un sportif qui en a sous sa jolie petite caboche de chaton sauvage et perdu, mais qui par désintérêt pour le système scolaire actuel procédait à des réponses rapides jusqu’à ne pas lire les sujets de fond en comble avant d’y répondre. Erreur d’inattention assumée ? Précipitation assurée. Il ne le faisait pas exprès, il n’était pas comme Sully l’avait dit une tête brulée, mais il était bien le seul à croire cela ainsi que le professeur de sport qui avait une meilleure image de l’élève en raison de son comportement beaucoup plus naturel, libéré. C’est ce qu’il avait voulu voir chez lui, par jalousie ou simplement parce qu’il était d’avis de rendre lui aussi les cours plus attrayants pour tous, voulant les voir réussir d’une façon ou d’une autre.

Le voilà qui court, encouragé par le garçon qui lui n’a pas l’air trop essoufflé en comparaison de lui qui attend sa délivrance. Il se donne, pour faire plaisir, par fierté aussi de s’entretenir un minimum pour pouvoir suivre l’hyperactif ou accro du sport, dépendant du point de vue. Dans tous les cas, le besoin de se dépenser d’Hae Yeon était impressionnant pour le grand calme qu’était le littéraire. Souriant malgré tout, il le remercie d’avoir donné le signal, reprenant son souffle en commençant à sentir ses tempes chauffer. Il devait avouer que malgré l’épuisement physique, il se sentait bien dans ses baskets, comme ayant trouvé un peu plus de bonheur à ajouter sur le tableau des bons points de sa vie. Parce qu’il passait du temps avec un garçon intelligent ? Ou parce qu’il faisait du sport ? Il ne pouvait pas nier s’être renseigné assez sur le sujet pour comprendre que les propriétés d’une activité physique donnaient plus de dynamisme et de vitalité aux pratiquants réguliers.

Il avait appris les règles de ce jeu appelé football américain pour lui, prenant peur malgré tout en le voyant récupérer un ballon, mais comme si l’élève avait lu dans les pensées de son aîné, il l’avait aussitôt rassuré. Souriant et révélant sa fossette, le Lim secoue la tête en se mettant alors en position pour répondre aux passes, non sans quelques ratés avant qu’il ne prenne le coup. Rien de compliqué pour lui en soi, le cadet n’avait rien d’un tyran et aurait très bien pu exercer la profession de son entraîneur tant il était lui aussi doué pour transmettre sa passion. Ils avaient ça en commun, rendant d’ailleurs très fier le professeur qui ne pipa mot à ce sujet pour l’instant.

Ce n’est qu’en s’habituant à l’exercice que l’attention est détournée au profit d’intrus venant briser l’équilibre parfait entre eux. Sully se tourne très brièvement et lorsque ses yeux se reportent sur l’élève, il cligne plusieurs fois en se demandant quoi répondre à cette question. C’était plutôt personnel et ils n’en étaient plus à cela prêt, cependant, entrer dans les détails à mesure de leurs rendez-vous qu’il s’agisse de colle ou de coaching, c’était autre chose. Toujours perturbé à cette idée, l’enseignant trouva tout de même la force de répondre. « Hmm… non, j’ai déjà bien à faire de vous tous » dit-il, plutôt fier de sa réponse, mais en même temps, la réplique pouvait être rendue, ce qu’il ne fit pas de la même façon cependant. « Et toi ? Pourquoi cette question ? » Aujourd’hui était assez spécial, il le savait bien et rectifia. « Hormis la saint-valentin. D’ailleurs, qu’est-ce que tu en penses ? » Curieux, il l’était sans l’ombre d’un doute et savoir que cela pouvait peut-être mettre mal à l’aise le pauvre garçon ne le fit pas sourire. Il était lui aussi très peu assuré dans ce domaine, assez perdu qui plus est de sa récente envie de cogner à la porte d’un certain enseignant à l’université pour lui offrir des fleurs… ou un thé… et savourer des scones. Il s’égarait. Il déglutit, se demande si c’est la pause, garde le ballon et attend un autre signe de la part de l’élève, sage, obéissant, contrairement à lui qui aimait bien l’embêter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Mar 13 Mar - 19:24
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
Je le sais bien, j’abuse par moment. Mais dès lors que le professeur a montré un minimum d’intérêt pour le football américain, je me suis vite laisser emporter. Et je dois dire que ça me plait bien de le coacher ainsi. Bien sûr, je ne cherche pas à l’exténuer, juste à l’aider à maintenir la forme. Je ne sais pas son âge, mais un corps, faut bien l’entretenir. Néanmoins, je profite tout de même de cette petite séance pour y intégrer un peu de foot. Rien d’extra, juste quelques passes inoffensives. On dirait pas comme ça, mais à force, ça fait travailler les biceps. Y a qu’à mater les miens.

Quelques passes simples pour qu’il assimile la technique et peu à peu, la maladresse du professeur s’envole. Je ne peux qu’être fier de ses efforts. C’est comme si nos rôles s’inversaient. Je commence à comprendre ce qu’il ressent lorsqu’il voit ses élèves suivre son raisonnement devenant ainsi plus brillant. Enfin, le sport reste tout de même plus amusant que les cours de littérature. En peu de temps, ses passes deviennent une petite routine où chacun renvoie le ballon à l’autre sans qu’il n’y ait d’obstacle. Du moins, jusqu’à ce que quelque chose interpelle mon attention. Je ne me laisse cependant pas déconcentrer, même si je ne peux retenir ma curiosité. Une fois de plus, je dépasse très certainement les limites et la surprise se lit sur son visage. Pourtant, j’ai demandé ça sans réellement réfléchir. Un peu comme si on parlait de la pluie et du beau temps. Sa réponse me fait doucement sourire. C’est le genre de réponse qui ne m’étonne pas vraiment venant de lui, même si au fond, je pensais réellement qu’il avait quelqu’un dans sa vie. Il a l’air tellement stable que j’imaginais qu’il en était de même pour sa vie personnelle et surtout, sentimentale. Bien sûr, il me demande la raison de cette question trop personnelle. J’hausse les épaules. Il a vu juste. « Je trouve ça plutôt… Stupide ? Les couples se montrent déjà en permanence et faut en plus qu’ils aient des fêtes rien que pour eux… Comme si y en avait déjà pas assez. » Noël, le white day, le jour du pepero et j’en passe. Que des fêtes de couples. Je jette de nouveau un regard au couple et fronce un peu les sourcils. C’est pas que je déteste l’amour et les couples, c’est juste que je ne m’y connais pas et n’y crois pas réellement.

Levant les mains, je lui fais signe de me renvoyer la balle. Je l’intercepte et m'apprête à la lui renvoyer, mais j’hésite. Jouant un peu avec le ballon entre mes mains, je rajoute tout en laissant mon regard fixer le gazon « Mh… Il y a cette fille… Je l’aime bien mais… On est amis, vous voyez. » Oui, elle ne me voit que comme un ami et rien d’autre. C’est frustrant et je ne sais quoi faire. Inconsciemment, j’envoie la balle avec un peu plus de force, regrettant immédiatement mon geste l’instant d’après. Un petit sourire gêné prend place sur mes lèvres alors que je m’excuse. « Désolé, j’ai pas fait attention. » Manquerait plus qu’il se fracture quelque chose par ma faute.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Mer 14 Mar - 21:18
Voir Hae Yeon aussi avenant et responsable que lui le rend fier, d’autant plus que ce choix de carrière d’être coach pouvait être une possibilité si le rêve n’était pas atteint, bien que Sully le souhaitait de tout son cœur, cela ne suffisait parfois pas à transformer le souhait en réalité. Il croise les doigts, il se donne à fond lui aussi et prend toujours note aimant converser avec l’élève qui ne manque ni d’idées ni d’imagination et rendant plus facile ses cours avec le même contenu pour autant. Son sourire ne cesse de croitre alors qu’ils s’envoient le ballon dorénavant. Plus de fatigue, juste le bien être d’avoir arrêté de courir et chauffé suffisamment ses muscles pour quelque chose de plus fluide et de rapide. Le tableau américain typique, d’un père et son fils au baseball, ce qui est amusant, mignon même au regard du professeur qui avait toujours cette image en tête avec ses étudiants, particulièrement celui-ci. Sans qu’il ne soit réellement particulier ou différent, il avait cette vision qui le rendait unique de ne pas croire en ce système et malgré tout d’accepter de le suivre. Nombre de décrochage scolaire rendent la vie impossible d’autres personnes pour qui la méthode appliquée à la masse ne fonctionne pas et ceux-là, il aurait voulu les aider, mais il ne peut qu’encourager sa classe à le faire et à ne pas lâcher prise simplement.

Une question, lancée en même temps que la balle qu’il renvoie après avoir répondu, le faisant rire intérieurement, mais le terrorisant. Il avait bien des problèmes sur le plan sentimental, mais il ne les exposerait pas si aisément, ne voulant pas perturber le jeune homme en face qui lui n’avait pas l’air satisfait de ces couples qui se montrent encore plus durant les fêtes. Sully se met à rire discrètement, acquiesce. Il ne peut qu’approuver pour le coup. « À titre personnel, je ne suis pas non plus grand admirateur de ces fêtes-là pour des raisons différentes. J’estime qu’il n’y a pas besoin d’avoir un jour pour exprimer son amour, c’est quelque chose qui devrait être naturel, même si intime malgré tout »

Faire en sorte qu’il y ait un jour pour célébrer quelque chose implique selon Sully que ce soit particulier, que la symbolique représente ce qu’il est normalement impossible d’accomplir en temps normal, ou marquer les mémoires des générations suivantes. Mais cette transmission aujourd’hui ne se fait pas, à l’exception des fêtes dites « commerciales » qui sont en réalité sont destinées à diviser les valeurs plus qu’à les prôner.

Vint ces nouvelles passes et ce regard hésitant qui lui indique clairement un besoin de parler ou tout du moins, il hésitait à le faire. Il écoute attentivement, sourit en coin et acquiesce. Sully était content, plus que ça, il avait d’ailleurs mal anticipé le lancé et était tombé à la renverse en essayant de le rattraper, voyant Hae Yeon se rapprocher pour s’excuser. Il rit en lui disant que ce n’était rien, reste assis par terre le temps d’une pause et prend son temps pour lui répondre. « Cette fille, elle t’aime bien aussi ? » il n’y avait pas de solution plus radical à ce problème que d’essayer s’il ne voulait pas regretter de n’avoir pas tenté sa chance. Malgré tout, le jeune enseignant gardait sous réserve qu’il ne pouvait pas s’immiscer dans la vie du sportif comme si de rien n’était et que lui aussi risquait de payer les refus pour ce conseil qui ne fonctionnait pas à cent pourcent. Il n’était pas cette fille, il ne pouvait pas savoir ce qu’elle avait dans la tête au même titre que lui qui avait cette peur d’aller vers Ardyn. Mais c’était différent, n’est-ce pas ? Il s’en persuadait, du fait qu’il s’agissait d’un homme tout était plus compliqué, néanmoins, l’amour était universel et inconditionnel, léger en comparaison de la bêtise humaine qui primait au profit d’un monde qu’il voulait changer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Ven 23 Mar - 0:26
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
Je ne pensais pas, un jour, avoir ce genre de discussion avec mon professeur. Mais je n’y peux rien, en voyant ces deux tourtereaux, je ne peux m’empêcher d’être curieux. Autant au niveau de la vie sentimentale du prof que de son avis sur le sujet. Je ne fais pas vraiment attention à mes mots, lui faisant part de mes pensées sans prendre le temps de réfléchir un minimum. Beaucoup ne serait pas d’accord avec moi. Et nombreux sont ceux qui me diraient ce que c’est pas vraiment le genre de conversation que l’on a avec son professeur. Pourtant, ils devraient s’estimer heureux que je m’ouvre un peu envers le prof qui, peu à peu, gagne ma confiance. Me sentant justement plutôt à l’aise, je me permets quelques écarts qui ne sont – du moins, jusque là – jamais sanctionnés par monsieur Lim. En fin de compte, le jeune homme semble du même avis que moi, même si lui, prend le temps de formuler correctement ses propos. C’est sûrement un truc d’enseignant de veiller à être politiquement correct. Hochant la tête afin de lui faire signe de mon accord, je continue sur la même lancée. « Vous avez raison et puis, nous on est pas là à faire la fête pour se vanter d’être seuls ! Enfin… » Stop, arrête-toi là. Je ne sais pas pourquoi je suis aussi vexé. Peut-être est-ce le fait de n’avoir jamais rien connu. Même pas un amour d’enfance. C’est pas que ça me frustre, c’est juste que… Je trouve ça injuste ?

Je comprends toujours pas pourquoi, mais j’ai parfois envie de me confier à lui. C’est bien plus facile de lui parler. Je sais bien qu’il ne me jugera pas, ou ne me posera pas trop de questions. C’est le genre de sujet que je préfère habituellement éviter et pourtant, là, c’est moi qui lance la discussion. Au début, c’était juste pas curiosité, mais très vite, je sens la frustration pointer le bout de son nez. C’est que je suis vraiment pas doué avec ce genre de choses, alors je ne sais pas quoi faire. Sans que je ne puisse me contrôler, je lance la balle plus fortement, comme si j’avais besoin de me défouler. Et dire que je voulais paraître indifférent, c’est foutu.

Le ballon arrivant à pleine vitesse, le jeune professeur s’écroule tout en tentant de la rattraper. Inquiet et surtout, par peur, je m’approche tout en ayant un air choqué sur le visage. Vraiment, je suis pas doué. Mais très vite, ces grands yeux et cette bouche entrouverte par la surprise laissent place à une mine gênée. J’avoue que, c’est tout de même drôle de le voir ainsi. Bien heureusement, il ne le prend pas mal et m’assure que tout va bien. Il est certainement temps de faire une petite pause, je décide alors de le rejoindre, ne cachant par ma surprise face à sa question. Je prends le temps de réfléchir avant de lui répondre. « Je sais pas trop… Je crois pas qu’elle me voit de cette façon. » Passant une main dans mes cheveux, je soupire. Pourquoi est-ce si compliqué ? « Ça vous est déjà arrivé d’éprouver quelque chose pour quelqu’un, mais d’avoir peur de ruiner votre amitié ? Ben, c’est ça… C’est une amie, je veux pas risquer de la perdre si jamais… Si je lui plais pas. » Un peu honteux, je préfère fixer le gazon, laissant mes doigts jouer avec les brindilles d’herbes. Je sais pas trop pourquoi je lui parle de tout ça. J’en ai parlé à personne. Ardyn, il est comme mon grand frère, alors, ça serait assez gênant de lui parler de ça… Et hyung, lui, il se moquerait certainement de moi.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Lun 26 Mar - 21:15
C’était un moment plus détente qu’il ne l’aurait cru, lui qui n’avait pas besoin de ça pour extérioriser toutes ses frustrations de la journée allait peut-être reconsidérer la chose, si ce n’était pas déjà fait étant donné ses habitudes changées peu à peu pour inclure ses coaching avec le sportif. Sully se demande parfois comment il peut s’entendre aussi aisément avec les gens, mais, il ne cherche pas plus loin, il s’y intéresse juste sincèrement et la psychologie avait toujours fait partie de ses curiosités pour lesquelles il n’avait pas de limite. La soif de connaissance étant telle qu’il ne parvenait pas à se freiner, il pouvait comparer cela à l’envie de toujours aller plus loin dans le sport d’Hae Yeon. En parlant de psychologie, le fait qu’il lui pose des questions sur les sentiments et le sens de cette fête était particulièrement adorable. Situation atypique, mais qui voulait dire beaucoup pour le professeur, plus que fier malgré le coup qui lui avait été porté.

L’étudiant s’était immédiatement dirigé vers lui pour s’excuser et vérifier qu’il allait bien, ce qui était le cas, avant que les deux ne décident d’une pause sans besoin de l’annoncer clairement. La gêne du garçon faisait sourire Sully qui se retenait, laissant sa curiosité l’emporter sur le reste pour ne pas embarrasser son ami, surement susceptible à ce sujet. La véracité de ces mots, ces craintes bien humaines et qu’il ne pouvait que partager pour y avoir pensé avant même qu’il n’en parle, c’était si troublant que lui-même laissa ses yeux s’agrandir en hochant la tête. « Eh bien oui ça m’est déjà arrivé et je dois dire que je peux comprendre cette crainte » il se masse la nuque, soudainement gêné, comme pris à son propre jeu, même si aucun des deux ne l’avait vraiment initié. « Je dois dire que c’est tout à fait normal et qu’en réalité, la seule façon de savoir si elle t’aime bien c’est de te lancer. C’est un risque à prendre, mais la véritable question, je pense, c’est si toi tu accepteras qu’elle rejette tes sentiments. Car si elle n’en a pas, elle ne changera pas son comportement vis-à-vis de toi, mais toi, tu seras blessé » et c’était si limpide de le dire quand ça ne le concernait pas qu’il avait soudainement envie de courir pour frapper à la porte d’Ardyn. Il n’en dirait rien, malheureusement moins courageux parce qu’Ardyn était un homme, certes, qui ne lui cachait pas son attirance, mais Sully partait du principe qu’il se faisait surement des idées.

Un soupir, il regarde le ciel, se dit que normalement ce n’est pas à lui de parler de ces choses-là, mais de son point de vue, Hae Yeon est aussi responsable qu’innocent et il craint qu’emporté par la passion du moment, il risque gros s’il ne fait pas attention. Il se mord la lèvre, le regarde et pose une main timide sur son épaule avant de la frictionner maladroitement et de la retirer peu après. Il n’allait pas lui en parler tout de suite, non, ils avaient le temps, c’est ce qu’espérait Sully. « Tu vois, c’est ce qui rend l’homme complexe. On est capable de se surpasser, mais contre l’amour, il n’y a rien que l’on ne puisse faire sans douter ou craindre la réaction de l’autre. Ce qui prouve bien au fond nos faiblesses et nos forces sont liées. » et oui, pour Sully l’amour était une force, mais c’était étrangement facile à deviner avec sa profession plus une passion qu’autre chose et ses frères et sœurs étaient sa vie. « Qu’est-ce que tu en penses ? Tu serais capable d’accepter ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Lun 9 Avr - 22:01
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
D’un accord commun, on décide que c’est le moment de faire une pause. Non pas pour souffler, mais plutôt pour discuter d’un sujet bien peu commun. À moins que discuter de ses amours avec le prof soit quelque chose de banale, mais j’en doute. Je sais pas vraiment pourquoi je lui parle de tout ça. Peut-être bien que ça va l’ennuyer. Ou peut-être qu’il saura trouver les mots pour m’encourager. Je finis enfin par comprendre pourquoi, dans certains moments, il est plus facile de parler à un adulte. Je me dis qu’il doit avoir plus d’expérience et de maturité que moi. Et surtout, le jeune professeur est du genre calme et réfléchi. Contrairement à la tête brûlée que je suis qui fonce parfois sans prendre le temps d’observer. Plutôt gêné, voire même honteux, j’ose pas trop le regarder, lui faisant part de mes problèmes sans trop vouloir m’attarder longtemps dessus. Tiens donc, le gazon me semble soudainement bien plus intéressant… Et comme il est bien plus facile de mettre son interlocuteur au centre de la conversation, j’en fais de même, me disant qu’il a sûrement déjà éprouvé ça. Enfin, j’espère. Je relève doucement la tête, observant discrètement sa réaction. Il a l’air surpris, j’avais donc raison. Il ne tarde pas à me confirmer cela et je l’écoute bien plus attentivement qu’en cours.

Pour quelqu’un qui fonce toujours dans le tas, cette fois-ci l’affrontement ne me semble pas vraiment attirant. Je ne suis pas sûr d’en avoir le courage. Pourtant, monsieur Lim confirme mes doutes, me faisant savoir que c’est bel et bien la seule solution. À nouveau, mes doigts viennent trainer sur l’herbe. Je reste silencieux. Pourtant, dans ma tête, toutes mes pensées se bousculent. Suis-je réellement prêt à accepter un refus ? Je sais bien que je suis du genre mauvais perdant, mais là, c’est bien plus que ça. Ce n’est pas un jeu. Peut-être que oui, je vais très mal le prendre. Peut-être que j’en serais honteux, au point même de ne plus pouvoir lui faire face. Mon professeur m’affirme que, même si elle n’a pas de sentiments, son comportement ne changera pas. Mais je n’en suis pas certain… Et si elle me voyait plus de la même façon ? Pourtant, c’est ce que je voulais, qu’elle me voit d’une autre manière mais… Je ne sais pas. Je crois qu’au fond, je ne suis même pas sûr de ce que je veux.

Sa main se pose sur mon épaule, cherchant sûrement à me rassurer. L’esquisse d’un petit sourire apparaît sur mes lèvres, appréciant le réconfort qu’il cherche à me transmettre même si je dois bien avouer, pour le moment je ne suis qu’encerclé de doutes. Des mots sages auxquels je ne peux qu’acquiescer d’un hochement de tête. « Vous avez raison… » Et dire que je fais parti de ceux qui ne se sont jamais intéressé à l’amour et à toutes ces bêtises. Serait-ce donc ça, ma faiblesse ? Que je me laisse atteindre bien plus que je ne veuille l’admettre ? Plantant mes dents dans ma lèvre inférieure, je viens réfléchir tout en fronçant légèrement les sourcils. « Mh… Je pense que je serais sûrement vexé… C’est quand même dur à accepter. Mais je peux pas la forcer à m’aimer, je… Je peux rien faire. » Et c’est bien ça le problème. Je déteste être dans ce genre de situation où il n’y a rien que je ne puisse faire pour changer quoique ce soit. Passant une main dans mes cheveux, je viens les ébouriffer un peu avec rage avant soupirer. « Mais je m’en voudrais de perdre une amie comme elle, juste par égoïsme. » Je refuse que cela arrive. Finalement, je relève la tête, regardant autour de nous. Je remarque que ce couple est toujours présent et cela me fait de nouveau soupirer. « Vous voulez pas qu’on bouge d’ici ? Vous avez fait beaucoup de progrès alors on peut en rester là pour aujourd’hui. » Et se prendre un petit remontant s’il veut bien. Loin d’ici et loin des couples.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Mar 10 Avr - 21:39

Plus le temps filait et plus Sully avait l’impression que cette philosophie de vie qu’il prônait par ses multiples doutes et questions finissait par le rattraper. Hae Yeon lui donnait des leçons sans même s’en rendre compte, le faisant sourire par toutes les autres craintes qui faisaient écho en lui et qu’il ne pouvait clairement afficher. Il avait le rôle du protecteur, cette figure adulte que l’on n’avait jamais reconnue en lui avant qu’il ait cette chance de devenir professeur. Dans le fond, c’était idiot, l’âge n’était en aucun cas gage de maturité, d’intelligence ou de responsabilité et encore moins la profession. Il était mature depuis assez longtemps pour avoir élevé deux petits monstres comme s’il les avait fait et estimait avoir transmis l’essentiel. Peu importe si les deux sont plus rebelles que lui, ça s’appelle pour Sully profiter de sa jeunesse et chercher sa voie, tant que ça n’implique pas la dangerosité d’un monde dans ce monde-là. Il y avait plusieurs aspects, plusieurs dimensions au sens de l’enseignant qui méritaient d’être traité comme tel tout en étant inclus. Les critères sociaux, le regard des autres avaient créé la mafia. La pauvreté, le besoin de reconnaissance, en outre, mais ce n’était pas le seul domaine fait de violence et de précipices. L’amour, ce sentiment puissant était assez fourbe pour que la plus violente des descentes aux enfers ne soit perçue qu’au dernier moment, si tenté que les concernés s’en soit aperçus.

L’amour, était synonyme de légèreté, mais était beaucoup plus complexe que cela et une fois encore le jugement apporté par les autres, par soi ou par l’élu de son cœur avaient une valeur bien particulière. Une main sur l’épaule de l’étudiant, son regard aussi dans le vague, il esquisse un léger sourire. « Je crois avant tout que c’est une question d’honnêteté Hae Yeon. Je ne prétends pas avoir toutes les réponses, mais en me mettant à la place de celui qui reçoit une déclaration qu’elle soit voulue ou non, j’en attendrais le plus de sincérité possible » et ce n’était pas seulement vrai pour ce cas précis, parce qu’il ne savait pas si oui ou non la demoiselle éprouvait des sentiments. « En admettant que ce soit un non et que tu le prennes mal, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’elle peut s’en vouloir, mais t’en vouloir aussi si tu t’éloignes d’elle. Elle sera aussi gênée que toi, dépendant de comment tu mènes ta barque et ce n’est pas seulement votre amitié qui en prendra un coup, mais votre fierté à tous les deux parce qu’elle ne saurait pas comment réagir, tout comme toi tu as du mal à savoir par exemple » il rit, doucement « C’est une conversation assez négative puisqu’on imagine le pire sans penser au meilleur pour ne pas briser d’espoir. Mais je pense que tu devrais le lui dire, parce qu’elle sentira la différence. Chaque personne à un mode de pensée différent. Je privilégie la sincérité, l’avertissement plutôt que le châtiment direct » Si la demoiselle venait à recevoir sa déclaration, le professeur espérait qu’Hae Yeon lui dirait de ne pas se moquer et de lui laisser un peu de temps si c’est un non. Il fallait beaucoup de courage pour se lancer, il en savait quelque chose. Peut-être qu’il le ferait, suivant ses propres conseils malgré la trouille monstre qu’il avait. Il masse sa nuque et observe dans la même direction que le garçon, acquiesçant. « Oui, bien sûr, changeons de quoi. Je pense que ça ne sera guère mieux ailleurs, mais au moins, nous auront l’estomac plein » il sourit de nouveau, se redresse, tend sa main puis s’incline pour le remercier de cette séance.

« Tu as une idée où nous pourrions prendre de quoi nous rassasier avant de filer à l’anglaise dans un endroit loin de cette civilisation d’amoureux transis ? » il avait terriblement envie de se confier lui aussi, de prouver qu’il était comme son élève, mais les limites étaient déjà si infimes que les repousser plus encore jusqu’à les faire disparaître totalement n’était peut-être pas la chose à faire dans l’immédiat. Sully pinçait ses lèvres entre elles, peu doué pour garder un secret. Il appréciait sincèrement le jeune homme qui se tenait à ses côtés et il le lui avait dit souvent, autant par les mots que par les gestes, laissant de nombreux indices sur la façon dont il le voyait. Il se sentait coupable, parfois, mais, en réalité, sans le sportif, le professeur ne se sentirait pas vivre. Il ne serait qu’un pion sur l’échiquier de la vie, un père de substitution pour des enfants trop grands pour être considérés comme tels et un professeur parmi tant d’autres. Oui, peut-être qu’il se lancerait… « Je vais te faire une promesse Hae Yeon » il le regarde, récupérant ses affaires et prend son courage à deux mains. « Si tu te lances, je me lancerais aussi » aveu doucereux d’un professeur incertain qui tente désespérément de garder ses secrets à la seule personne extérieure aux siens qui le comprend si bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Ven 13 Avr - 19:50
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
L’amour a toujours été un sujet délicat pour moi, tout d’abord parce que je n’ai jamais rien connu et qu’en plus, on ne peut pas dire que j’aie vraiment eu beaucoup de chance. Dès mon plus jeune âge, je faisais peur aux autres enfants, surtout aux filles. Alors, imaginez un peu leur réaction si jamais je venais avouer à l’une d’elles qu’elle me plaisait. Ça serait une catastrophe. Et jusque là, j’ai toujours réussi à m’en passer. Je me suis toujours dit qu’un crush, ça servait à rien de toute façon et qu’une fois que je connaîtrais mieux la personne, je ne la verrais plus de la même façon et y perdrais de l’intérêt pour elle. C’est peut-être bien ça qui me plait chez elle, elle m’a l’air si inaccessible. On a beau être proche, je ne me fais pas d’idée, elle est hors de ma portée. Je n’ai pas envie d’être comme ces mecs qui se lamentent en disant qu’une fille est trop bien pour eux, mais… Si, c’est tout à fait le cas. J’ai beau être réaliste, je ne peux pas m’empêcher de la regarder et c’en est très frustrant. Pourtant, être en couple ne m’intéresse pas vraiment. Comme je le montre à mon professeur, je ne vois pas les couples d’un bon œil. Ils m’ont l’air, pour la plupart, si faux, si niais. Je sais bien que ça existe les couples amoureux. Mes parents le sont. Et cela les a amené à faire des bêtises qu’ils ne savent assumer. Alors, on ne peut pas dire que ce soit un bon exemple. Je ne sais pas trop à qui me confier en dehors de mon professeur. Il ne me connait pas assez pour me juger, mais n’a rien d’un étranger. Suffisamment âgé, contrairement à hyung, pour me donner son avis tout en étant objectif. Et pas assez proche pour me donner un avis trop personnel, contrairement à mon cousin. Monsieur Lim me semble donc être la personne idéale et à l’entente de ses mots, je ne regrette pas mon choix.

Telle une véritable conscience, il me fait savoir ce qu’il y a de mieux à faire dans cette situation, sans pour autant me brusquer ou me forcer. Il ne m’encourage pas à me lancer si je n’en ai pas envie, mais ne me démotive pas non plus. Ses réflexions m’amènent à me questionner d’avantage et je cherche donc à y voir plus clair. Je comprends ce qu’il veut dire mais, malgré tout, je me sens si perdu. Je lui fais part de mes pensées les plus personnelles, baissant ma garde. C’est peut-être naïf, mais oui, je lui fais confiance. Cherchant à sa manière à me rassurer, j’écoute attentivement ses mots. L’honnêteté, ce serait donc ça, le secret ? Je pense être quelqu’un d’honnête, mais je dois bien avouer que pour ce qui est de mes sentiments, je reste tout de même assez secret. Relevant la tête vers lui, je l’écoute émettre des hypothèses, me faisant légèrement froncer les sourcils sous la réflexion. Elle m’en voudrait ? Mais je pense que… Je lui en voudrais aussi, si jamais elle me rejette. C’est assez dur à accepter et je suis du genre susceptible, alors je risque bel et bien de mal réagir. De réagir de la façon dont il le décrit si précisément. Cela ferait-il de moi quelqu’un de mauvais ? Pourtant, c’est bien normal d’être gêné et mécontent lorsqu’on vous dit non. Je fronce à nouveau les sourcils, mais à l’entente de son rire, je me détends. Monsieur Lim m’encourage alors, me faisant savoir à sa façon que le pessimisme ne me sera d’aucune aide. « Aaah, vraiment, l’amour c’est si compliqué… Et ennuyant ! » Je grogne tout en m’ébouriffant les cheveux.

Mais je ne vais pas passer cette journée à être un éternel frustré, ah ça, non ! Tout de même agacé de voir des couples, même sur mon territoire, je lui propose une petite balade. Monsieur Lim est un élève excellent, il mérite bien une pause et un petit moment de détente. Et puis, en tant que coach, cela ne me ferait pas de mal non plus. L’idée semble lui plaire et tandis qu’il se redresse, je viens m’étirer longuement, comme si j’étais resté ainsi à rien faire pendant des heures alors que ce n’est pas du tout le cas. J’attrape alors sa main pour me relever, laissant échapper un petit rire lorsqu’il s’incline poliment. Je ne suis pas encore habitué à tout ça et le voir dans le rôle de l’élève m’amuse pas mal. Une main dans les cheveux, je réfléchis avant d’hausser les épaules. « Y a pas mal de cafés et de stands de snacks dans le coin, on trouvera facilement de quoi faire le plein. » Je vois un peu ça comme une mission, faire le plein de provision avant de partir réaliser notre objectif. À savoir ; éviter les couples.

Je prends le ballon, marchant à ses côtés pour aller récupérer nos affaires. Néanmoins, je reporte mon attention à l’entente de ces mots. Je le regarde d’une façon étonnée, le questionnant avec mes yeux. Une promesse ? Je reste silencieux, attendant qu’il en dise plus. La bouche légèrement entrouverte par la surprise, je ne lui réponds pas tout de suite. Je m’y attendais pas à ça ! Alors, il a donc des vues sur quelqu’un ? Serait-ce quelqu’un du lycée ? Une prof ? Non, non, ça ne me regarde pas ça. J’hoche alors la tête, souriant légèrement la tête. « Marché conclus. » dis-je tout en tendant ma main pour signer cet accord d’une poignée de main. Me mordillant à nouveau la lèvre, j’hésite un peu et finalement, rajoute, peu confiant. « Et uh… Je vous dirai comment ça s’est passé et vous pourrez en faire de même… Enfin, si vous voulez et si vous avez besoin d’en parler. Mais vous êtes pas obligé ! » Je m’embrouille un peu dans mes propos, réalisant qu’ils peuvent être mal interprétés. Je ne suis pas du genre à faire des commérages et je ne suis pas non plus un voyeur, je lui propose seulement une oreille attentive, si jamais il a besoin de se confier. Rien de plus. Mal à l’aise, je m’éclaircis la gorge, mais ne trouve rien d’autre à ajouter. Je viens alors récupérer mon sac, espérant que cet instant de gêne disparaisse bien vite. « Allons manger alors. » C’est tout ce que je trouve à dire avant que je ne me dirige en direction de la sortie. Intérieurement, je prie pour ne pas tomber sur de nouveaux couples. Pourtant, de l’extérieur, je ne peux m’empêcher de sourire doucement. C’est que tout ceci me rend enthousiaste. J’ai l’impression de faire une sortie entre amis alors que pourtant, il s’agit bien de mon prof. C’est drôle tout ça… « Je vous laisse même choisir ce que vous voulez manger, je suis pas bien difficile. » Et c’est un bien grand mot, je mange simplement de tout.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Dim 22 Avr - 14:05
L’idée que l’on se fait de l’amour est si vaste et changeante en une seule vie qu’il est difficile, souvent ou au sens du professeur d’être longtemps en harmonie avec son partenaire de vie. Néanmoins, évoluer dans la même direction n’est pas si compliqué quand on se donne la peine, ou en tout cas, si ce n’est possible, il est à son sens plus logique d’être sincère et d’en parler à cœur ouvert sans pour autant faire pénétrer l’autre dans son jardin secret. Il y a des choses que l’on ne s’avoue pas ou que l’on est incapable de partager avec l’être le plus intime qui soit. Sully n’a guère plus d’expérience en la matière, il est surtout sujet à cet intérêt pour la philosophie, la poésie et la littérature en général offre un large panel de visions toutes si variées, mais pourtant avec quelques traits communs, indéfinissables. Il approuve, mord sa lèvre et acquiesce simplement tout en marchant à côté du jeune homme. « Oui, un peu trop pour notre propre bien si tu veux mon avis » il penche la tête sur le côté, observe certains couples et ne peut pas s’empêcher de reprendre le courant de ses pensées. « Et ce qui est bien plus compliqué c’est qu’on a tous l’air de ça quand on est amoureux, même quand on ne pense pas agir de la sorte, à méditer ? » seraient-ils comme ça eux aussi le jour où cela arrivera ? Ou était-ce pour les autres plus que pour eux ? Il n’en savait rien. L’enseignant ne parviendrait jamais à percer l’énigme qui entoure ces sentiments si intenses qui poussent l’homme au pire comme au meilleur. Néanmoins, il ne cesserait de courir après ces chimères de réponses, beaucoup trop vaporeuses pour être saisies comme étant universelles et pourtant douces caresses qui illuminent quelques ampoules dans les recoins sombres de leurs cerveaux.

Hae Yeon est un élève qui pourrait être exemplaire aux yeux du système scolaire et qui pourtant ne l’est pas. Mais aux yeux de Sully, il est bien plus que cela. Dans un sourire, il le récompense en s’inclinant et en disant merci, voyant le garçon légèrement mal à l’aise et pourtant apprécier la démarche, il comprend très vite que leur notion du respect est déjà assimilée, que l’étudiant le veuille ou non d’ailleurs et ça le fit sourire. Un de ces rictus laissant apparaître sa jolie fossette, lui aussi timide malgré tout tandis qu’ils se cherchent un café ou un snack pas loin. Il y en a tout autour, ce qui leur facilite la vie pour éviter de côtoyer trop longtemps la foule. Tout en marchant, Sully hésite, mais il se laisse aller en promettant de se lancer si le sportif le faisait aussi, dévoilant qu’il avait tout comme lui un coup de cœur et qu’il n’osait pas se lancer. Contre toute attente, le garçon accepte et dans sa maladresse habituelle lui propose de se confier lorsqu’il l’aura fait. Son rire tinte légèrement avant qu’il n’acquiesce une nouvelle fois. « Bien sûr, bien sûr, ne t’en fais pas. Tout ce que j’espère c’est que l’un de nous deux ait de la chance au moins, toi particulièrement » ses intérêts, il les plaçait toujours après ceux des autres et il se disait avoir le temps ou être une cause perdue, au choix, il était difficile en affaire, autant que la tête brûlée et malgré tout il pensait que ce serait plus compliqué dans son cas, n’imaginant une seconde Hae Yeon avec un homme étant donné ses révélations.

Sur le chemin, et après rappel à l’ordre du cadet, les deux se trouvent un coin tranquille dans un petit restaurant peu couteux, en tout cas, ils ne risquaient pas de mourir de faim, le menu avait l’air varié. Tout en attrapant la carte devant lui, Sully rit « Je ne suis pas difficile non plus » sandwich ou petits plats rapides, ce restaurant faisait dans le fastfood sans pour autant en être un. Un serveur vint vers eux peu de temps après et leur demanda si leur st valentin se passait bien, sans doute les pensaient-ils ensemble ? Un peu mal à l’aise, le professeur ne se laissa pas décontenancer pour autant, n’appréciant pas les insinuations, plus encore le faux pour prêcher le vrai quand on ne savait pourtant pas analyser les autres. Et quand bien même, il était déplacé d’apporter un quelconque jugement sans avoir la certitude de ce comportement. « Rien de plus plaisant que célébrer la fraternité, c’est une forme d’amour après tout, qu’en pensez-vous ? » en quoi cela le regardait-il ? C’était mesquin, et pour une fois, Sully montrait une pointe de contrariété dans son attitude, prouvant qu’il était préférable de ne pas s’en prendre à ses élèves ou à ses proches, car aussi docile qu’il était, il n’avait jamais eu sa langue dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Jeu 3 Mai - 18:59
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
Je suis certain que l’on pourrait débattre sur ce sujet pendant des heures que, ni lui ni moi, ne serait à court d’argument. Personnellement, je ne suis pas vraiment le genre de type romantique à fantasmer sur de douces histoires d’amour pouvant rivaliser avec des contes de fées. Et malgré tout, j’en viens quand même à espérer, secrètement, que la fille que j’aime puisse me retourner mes sentiments. C’est assez stupide, hypocrite dans un sens, de ne pas supporter la vue de certains couples et de pourtant, les envier silencieusement. Et c’est d’ailleurs ce qui doit le plus m’agacer. Je ne suis pas honnête avec moi-même et par conséquent, je n’arrive pas à savoir ce que je désire réellement. Comment pouvait-on être paumé à ce point ? Pour ce qui est du jeune professeur, il ne semble lui aussi pas très à l’aise en ce qui concerne l’amour. Je ne saurais dire si cela est dû à de mauvaises expériences ou bien parce qu’il est lui-même en pleine réflexion sur ses sentiments. Dire que je pensais que tout s’arrangeait une fois adulte. Je n’en suis plus si sûr maintenant. Malgré tout, ce petit entretien avec le professeur a réussi à me redonner du courage. Mais également à prendre conscience que tout n’est pas si simple et que peu importe la réponse que l’on me donnera, cela changera tout entre elle et moi. Et pour le coup, malgré ses encouragements, je me dis que je peux bien patienter encore un peu et profiter égoïstement de l’avoir à mes côtés. Même en tant qu’amie, sans rien de plus.

Une grimace sur le visage et je m’exclame de façon scandalisée face à cette nouvelle remarque. « Vous croyez ? Ah, non, hors de questions que je sois comme ça ! J’suis pas niais ! » Je m’imagine difficilement aussi guimauve et aussi amoureux. Et surtout, je ne m’imagine pas avec un sourire idiot sur le visage en compagnie de l’élue de mon cœur. Étrangement, j’ai du mal à le voir agir ainsi lui aussi. Je l’observe alors, tentant de l’imaginer avec cette personne inconnue qui semble lui plaire. Mh, non, rien à faire. Je ne peux le voir différemment de celui qu’il est déjà. Il faut dire, le professeur est déjà quelqu’un de très sympathique au quotidien, alors je ne vois pas en quoi il serait différent avec son crush. Il a juste à être lui-même et je suis sûr que tout se passera bien.

Qui aurait cru que l’on devienne si proche au point de s’encourager l’un l’autre dans ses confessions. Serait-ce là le début d’une véritable amitié masculine où l’on viendrait à parler de nos histoires d’amour. Cette pensée m’amuse intérieurement. Je peine à lui proposer une oreille attentive, voulant être là pour lui sans pour autant m’immiscer dans sa vie privée. Après tout, ce ne serait pas correct d’être au courant de ce genre de choses. Surtout qu’il pourrait très bien mal interpréter cela et me prendre pour une commère. Mais je refuse qu’il pense cela, je ne m’intéresse vraiment pas aux rumeurs et potins ! Bien heureusement, cela ne semble pas être le cas. Je soupire légèrement de soulagement à l’entente de son rire. C’est dans ces moments-là que parfois je me dis que je réfléchis trop. Ironique pour un type qui a l’habitude de foncer tête baissée. Le jeune professeur me souhaite alors de la chance et je ne peux retenir un petit sourire. Bien sûr que cela me touche qu’il se montre si encourageant. « Je suis sûr que ça se passera bien pour vous aussi, seonsaengnim. » Et vraiment, je le pense. Je ne saurais dire s’il s’agit d’admiration, mais le professeur a tout pour plaire, je pense même que c’est le genre de personne que j’aimerais devenir plus tard. Mais ça, je doute que ce soit possible. Déjà, de part mon sale caractère mais aussi par mon choix de carrière déjà tracé.

Maintenant que le terrain est loin derrière nous, il est temps de penser à nos estomacs. Après une bonne séance de sport, l’appétit se creuse toujours et il est bien dur de ne pas y céder. Par chance, il n’est pas difficile non plus. Et il n’a pas l’air de fréquenter de luxueux restaurants, ce qui m’arrange pas mal, enfin surtout mon porte-monnaie. Je le laisse tout de même choisir, il l’a bien mérité après avoir fait tant d’efforts. C’est une manière de le féliciter. Un rapide coup d’œil au menu et je me dis qu’il a fait le bon choix. Le seul problème c’est qu’il y ait justement autant de choix. Ce qui n’est pas évident pour quelqu’un de si indécis. Toutefois, je me retrouve bien vite interrompu à l’entente de la remarque du serveur. Lâchant un « Uh ? » plutôt offusqué tout en fronçant les sourcils. Bien heureusement, le professeur arrive à trouver les mots justes pour le remettre à sa place, ne me laissant alors pas le temps de m’énerver. Lui aussi semble plutôt énervé, chose que je n’ai jamais vu jusque là. Et je ne peux que le comprendre. Je n’ai aucun problème avec les couples de même sexe, même s’ils ne courent pas les rues, mais cela m’agace tout de même. Autant le fait que ce mec en vienne facilement aux conclusions, que les remarques qu’il se permet de faire sans préavis. Surtout que, malgré mon ignorance dans ce domaine, nous n’avons rien d’un couple. En fin de compte, je ne sais ce qu’est le plus choquant pour la société ; être avec un mec, ou être avec son prof. Je ne me pose pas plus de questions, maugréant dans ma barbe. « Ouais, on est frères, abruti. » C’est peut-être pas malin de le surnommer ainsi, mais pour un type qui part habituellement au quart de tour, je m’en sors plutôt bien. Embarrassé par son erreur, l’employé s’excuse et se charge plutôt de prendre nos commandes. Attendant qu’il parte s’occuper de nos plats, j’en profite pour question monsieur Lim. « Vous en pensez quoi des couples de même sexe et de ceux avec une certaine différence d’âge ? » Pourquoi cette question ? J’en sais rien, je suis juste curieux. Il a une manière de penser bien à lui, alors j’aimerais bien savoir ce qu’il pense du sujet.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Ven 4 Mai - 2:21
Le regard que l’on pose sur les autres est naturellement curieux. On imagine, on se persuade, mais on ne peut pas prévoir et tout le monde agit de cette même façon. Seule l’importance que l’on y accorde change. Sully était du genre à ne pas s’y attarder, à se dire que chacun avait ses droits, mais il avait en horreur ces petits couples adorables pour ne pas connaître cela en plus de ne pas le vouloir. Il avait terriblement peur et il n’était pas le seul. Pourtant, il promettait de faire preuve de courage et de foncer pour ne pas perdre cette chance qu’il chérissait, se rendant bien compte que ça n’était pas donné à tous et qu’il pouvait éventuellement ne plus en avoir l’occasion. Passer à côté de sa vie ? Jamais ! Et pourtant ça lui ressemblait bien. Il aimait son métier, il aimait sa famille, il leur consacrait énormément, voir la quasi-totalité de son temps.

Il se met à rire automatiquement en voyant la bouille adorable de son élève. Si innocent, un peu comme lui au fond, mais il ne le dira pas. Il se délecte de ce sentiment de voir une personne si pure réagir comme un enfant. Lui aussi, mais l’enseignant se contente de soulever des préjugés qui sont fondés. Viens alors une question. « Et comment tu t’imaginerais en couple, comment tu penses que ça changerait les choses ? » Après tout, il fallait tenir compte de ces quelques facteurs : le regard des autres, la place que l’autre avait au détriment du soi. Une vie à deux, c’est différent. Il le savait pour partager son appartement, mais c’était encore autre chose. La famille ne compte pas, ou plutôt, elle aussi a une place et un poids au sein des choix faits sur le partenaire de vie du concerné. Hae Yeon ne parlait jamais de ses parents, mais il ne laissait rien de négatif à son sujet qui soit assez alarmant néanmoins, rassurant le professeur qui poursuis son chemin aux côtés du sportif en quête de repas à se mettre sous la dent.

Sully a des craintes concernant sa propre personne, il ne le dira pas, mais il est tout de même inquiet. Et s’il ne plaisait pas ? Et s’il était rejeté parce qu’il aimait un homme ? Il souhaite bien du courage à son ami et reçoit en retour un sourire sincère et des encouragements. Difficile il serait de voir ce regard changer en une grimace. Il doutait de tous concernant sa sexualité bien plus libre que la plupart des êtres humains de son époque. L’ancien étudiant se mord la lèvre et se pose enfin dans un endroit plus tranquille. Mais voilà qu’on les interpelle d’une façon peu convenable et qu’il trépigne, essayant de montrer l’exemple en prenant un air suffisant. Hae Yeon surenchéri sur ses paroles, observant le serveur qui s’en va et se confond en excuse de par sa stupeur. Quelle idée… il ne se serait pas affiché aussi clairement et surtout pas sans consentement de son conjoint si tel avait été le cas. Il soupire, désolé de cet incident, même s’il n’en est pas responsable. Mais c’était tout de même intrigant et assez troublant, ce n’était pourtant marqué sur le front de personne ce genre de choses. Les boissons et le repas arrivent, mais cela tarde un peu et Sully se sert un verre d’eau après avoir naturellement servi l’élève. Il lui sourit, écarquille les yeux par la suite. Cette question, était-elle destinée à lui en tant qu’homme qui aime potentiellement les hommes ou au professeur ? Il allait agir en professionnel, mais ne pouvait retenir ses mots malgré tout. « Je n’ai peut-être pas le droit de t’en parler en tant que professeur. Mais mon devoir est aussi de te guider et de t’encourager à assumer tes choix. » il fait tourner le verre, laisse apparaitre une fossette et plonge son regard dans celui aussi foncé de l’étudiant. « J’en penses que les gens sont un peu trop à juger ce qui ne les regarde pas. Si tu as un cœur et qu’il bat, peu importe pour qui, c’est que tu restes humain, alors quelle importance au fond ? Qu’est-ce que tu en penses, toi ? » Il était curieux de le savoir, un peu plus tendu que précédemment, bien qu’il soit évident que Sully ne pense pas comme tout le monde, Hae Yeon restait jeune et possiblement fermé à ce genre de pensées. On ne pouvait pas tout accepter de lui, en revanche, on pouvait avoir des différents et les accepter. Il se mord la lèvre, légèrement, pincée plutôt et bois quelques gorgées avant de reposer le verre. « J’ajouterais qu’aimer est universel et qu’il y en a plusieurs formes à l’infinie. Il y a en ce monde des choses que l’on voudrait expliquer et que l’on voudrait logique, mais qui n’en ont pas forcément besoin » pourquoi se compliquer la vie quand elle l’était déjà à son origine même ? Il y avait bien plus utile à faire selon Sully.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Sam 12 Mai - 22:19
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
Cela a beau être une chose que je n’ai jamais expérimenté, je reste catégorique, je ne peux m’imaginer ainsi. Niais ou stupidement amoureux. C’est juste impossible. Alors, bien vite je viens nier, trouvant cela stupide et irréalisable. C’est plutôt drôle d’être aussi sûr de soi pour une chose aussi inconnue qui ne m’inspire que doutes et curiosité. Cela vient même amuser le jeune professeur qui vient alors me questionner sur le sujet, me demandant des hypothèses auxquelles je n’y ai jamais pensé. À vrai dire, j’ai beau éprouvé ce genre de sentiments, je ne sais pas quoi en faire. Je ne me suis jamais imaginé en couple. Et même si je venais à me confesser, comme il m’en encourage, je ne serais même pas sûr de ce qui se passerait une fois que j’aurais ma réponse. D’un haussement d’épaule, je commence à lui répondre, sans vraiment prendre le temps de réfléchir. « J’en sais rien, mais pas comme ça en tout cas… Pas comme ces crétins. » Je me mets à maugréer dans ma barbe tout en croisant les bras contre mon torse, un automatisme lorsque je suis contrarié ou simplement dans le déni. Pourtant, tout cela me pousse à réfléchir d’avantage. Je pousse un soupir, prêt à lui répondre avec plus de sincérité. « En fait… Je me suis jamais imaginer en couple. Je sais même pas si j’vais me mettre à agir d’une autre manière. Mais j’espère que non. » J’espère bien que, quoiqu’il arrive, je resterais le même. « Vous pensez que c’est possible, vous ? » De rester le même en toute situation ? Lui aussi s’est mis à agir différemment lorsqu’il était en couple ? Mh, je connais très peu de gens qui sont, ou ont été, en couple. En dehors de mon cousin, mais on sait tous deux que parler de ce genre de choses entre nous seraient juste embarrassants pour nous deux. Et les malaises, très peu pour moi.

En fin de compte, mes histoires de cœur m’importent bien moins que mon estomac qui n’attend qu’une chose, que l’on soit servi. Je devrais sûrement trouver cela étrange de me retrouver à déjeuner avec mon professeur. Mais sur le coup, ce n’est pas ce qui m’intrigue, ou plutôt ce qui m’offusque le plus. L’erreur de l’employé lui vaut un mauvais regard de ma part. Je n’y peux rien, je me fâche et me vexe vite. Et le professeur aussi ne semble pas à l’aise face à ces remarques. Une fois de plus, toute cette rancœur vis-à-vis des couples refait surface et j’en viens à me demander s’il n’est plus possible de sortir chez de soi le jour de la saint valentin. Les gens s’attendent réellement à ce que tous les passants, que l’on croise dans la rue, sont en couple ? Ah, vraiment, je ne sais pas d’où vient cette fête, mais je la déteste !

Finalement, plutôt que de continuer à faire la tête, je préfère venir le questionner. Je lui demande cela par curiosité et surtout parce que parfois, ça fait du bien de parler à quelqu’un qui ne pense pas forcément comme les autres. Je n’irais pas jusqu’à dire que je déteste la société, juste que je la trouve stupide. Et monsieur Lim, lui, ne semble pas vraiment être du genre à se soucier des normes. Puis, avouons-le, la vue de toute cette bonne nourriture m’a remis de bonne humeur. Alors, je commence déjà à me jeter sur le repas, bien trop occupé à savourer mon hotdog pour remarquer l’air presque choqué du professeur. À l’entente de ses mots, je relève tout de même la tête vers lui, l’écoutant avec plus d’attention. Mon regard dans le sien, je viens réfléchir silencieusement, ne pouvant qu’être d’accord avec lui. « Mh, je me pose pas beaucoup de questions à ce sujet, je pense juste que les gens devraient faire ce qu’ils veulent, du moment que les deux sont d’accord. » Une femme avec une femme et un homme avec un homme, deux choses qu’on a pas vraiment l’habitude de voir par ici. Mais après tout, pourquoi pas ? Cela ne me dérange pas, ça ne me concerne pas. Et puis, en un jour comme celui-ci, ce genre de couples aussi mérite d’être heureux. J’acquiesce une nouvelle fois face aux mots sages du jeune professeur. « Vous avez raison, ça serait stupide de chercher une logique là-dedans. » Faut dire, qui est réellement capable de contrôler ses sentiments ? Je mange quelques bouchées et rajoute. « J’veux dire, si je l’aime bien elle, c’est pour ce qu’elle est. Pas juste parce que c’est une fille. » C’est assez compliqué à expliquer, mais je la vois en tant que personne et non pas juste comme une fille. D’ailleurs, avant elle, je m’intéressais pas spécialement à ce genre de choses. Un soupir et je viens lui avouer. « Ah, si y avait plus de gens comme vous, ça serait sûrement plus simple. Et moins agaçant. » dis-je tout en venant de nouveau lancer un regard noir aux nombreux couples se trouvant dans les alentours. Et non, je ne suis pas frustré.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Dim 20 Mai - 15:07
Le sourire du professeur s’élargit de nouveau tandis qu’Hae Yeon, à moitié boudeur et plongé dans ses pensées donne une réponse qui le fait rire. Il n’en sait rien, mais il ne sait pas non plus. C’était parfaitement humain au fond de s’imaginer que l’on ne réagirait pas comme les autres, mais de nombreux facteurs entraient en compte quant au comportement d’une personne et celui-ci pouvait changer pour un rien. Stress, angoisse, précipitation, peur ou sérénité, timidité, courage, toute émotion pouvait être moteur d’un changement d’état, ainsi que les chocs quels qu’ils soient. « Hm… intéressante ta question, je pense qu’il est possible d’agir différemment de nos habitudes ou de ce que l’on pense que l’on fera si ça arrivait. C’est un peu comme regarder un film d’épouvante et qu’au moment où il ne faut surtout pas bouger, il y en a forcément un qui va semer le chaos en faisant le contraire de ce qu’il faut » il passe une main contre sa nuque puis poursuit son cheminement de pensées « Pourquoi avoir réagi comme ça ? Qui sait, personne ne peut vraiment prévoir. Bonne ou mauvaise réaction, le corps et l’esprit s’embrouillent pour x raison et avant même de l’avoir compris, on a réagi »

Et à ce propos, les deux hommes avaient une petite faim en plus de vouloir tout deux échapper aux ronrons incessant des couples collés serrés par le miel le plus dégoulinant d’amour qu’il soit. Il n’est pas malheureux de quitter la place, rejoignant un petit snack non loin pour offrir de quoi manger à son élève et coach sous le regard juge d’un serveur remis très rapidement à sa place. Mais évidemment, Hae Yeon a des questions et Sully tente au mieux d’y répondre. Le professeur appréhendait énormément les réactions du plus jeune, soulagé et se décontractant en l’entendant prononcer une opinion qui le rejoignait en partie. La conversation prend une tournure qu’il n’attendait pas d’ailleurs, très peu compris par ses collègues dans cette pensée plus ouverte. Il acquiesce, ses yeux grands ouverts « Exactement, tu as bien saisi et je suis très heureux de savoir que nous avons cela en commun » dit-il simplement. Hae Yeon était plein de surprises et il se doutait bien ne pas en avoir découvert l’étendu, il avait hâte.

Cependant, le compliment reçu manqua de le faire étouffer avec sa boisson. Il toussote et sourit après avoir repris contenance, inclinant sa tête en guise de respect. « Merci beaucoup, je pense que tu es un bon exemple aussi. Je ne serais pas contre plus d’Hae Yeon dans ce monde… enfin, seulement s’ils sont un peu plus sages que toi ? » il rit, ne pouvant s’y tenir. Il fallait bien qu’il le taquine et il avait tendu une perche si évidente qu’il s’en était saisi sans hésitation aucune.

Le repas ne tarda pas à arriver, par le serveur finalement plus silencieux et respectueux. Il lui donnerait un pourboire pour ne pas avoir envenimé la situation s’il s’y tient. Sully souhaite alors un bon appétit à son ami avant de voir à leur droite, au dehors de la vitrine, un couple qui avait commandé un plat pour deux, imitant ce très célèbre dessin animé de disney… Pour faire diversion, bien que ce soit surement peine perdu, le professeur reprend le courant de leur conversation. « Dis-moi, qu’est-ce que tu penses de l’influence des dessins animés pour enfant sur la population ? Car il ne faut pas sus estimer l’impact psychologique que cela peut avoir. Quels étaient ou sont encore tes dessins animés, tes lectures, films ou séries favoris ? » Bon, ce n’était pas uniquement dans le but de parler d’une construction de l’enfant vis-à-vis des codes que l’on lui enseigne ou non… mais, l’idée était également intéressante et il faisait d’une pierre deux coups, savourant par ailleurs son plat, un peu chaud, mais qu’il avait envie de dévorer dans la minute s’il ne se forçait pas à savourer un peu le moment pour le prolonger et également pour que son estomac assimile le fait de manger pour ne pas en redemander après.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

virtuose
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t49-im-haeyeon
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Jeu 21 Juin - 19:59
« let's celebrate not having to celebrate valentine's day » feat seonsaengnim
À mesure de la conversation, je me sens de plus en plus perdu. Non pas que les explications du professeur ne viennent m’embrouiller, mais plutôt qu’il me fait voir tout cela sous un nouvel angle que je n’aurais soupçonné. Qui aurait cru que l’être humain et son esprit pouvaient être si compliqués ? Monsieur Lim devrait d’ailleurs songer à faire carrière dans l’anthropologie ou n’importe quel domaine du même genre, du moment qu’il soit un minimum philosophique. J’ai beau m’être habitué à lui et ses cours, au fond, je ne peux m’empêcher de me demander ce que fait un prof de son niveau dans un lycée comme celui-ci. Une main dans les cheveux, je viens me les ébouriffer, lui montrant ainsi que malgré mon intéressement, je suis un peu largué. Un soupir et je déclare « Les gens sont vraiment compliqués à comprendre. » Comme si je ne faisais pas moi-même parti de ces gens. L’instant d’après, je délaisse déjà toutes ces réflexions afin de n’écouter que mon estomac. Et ça aussi, ça fait parti du coaching. Bien manger est la récompense de tous ces efforts. Alors, je ne me prive pas pour commander ce qui me plait.

Ce petit incident me rend d’avantage curieux sur le vaste sujet qu’est l’amour. Je me doute bien, qu’étant professeur, il n’est pas vraiment le genre de personne à juger les autres sur cela. Mais je me demande tout de même, ce qu’il en pense de tout ça. Une fois de plus, je suis à la limite du raisonnable et bien que cela ne soit pas vraiment un sujet de discussion adéquate pour un prof, je le sais qu’au fond, il ne se méprendra pas et me répondra malgré sa gêne. En fin de compte, je comprends ses mots, je dois même dire que ma façon de penser rejoint la sienne. Et cela semble le surprendre. Face à ces grands yeux, je ne peux qu’afficher un petit sourire sûr de moi, fier de partager un minimum de maturité avec mon professeur. Je ne me retiens pas non plus pour lui faire part de mes pensées. Mon sourire disparait un instant, inquiet à l’idée qu’il puisse s’étouffer. Prêt à agir en cas de besoin, je le vois finalement se ressaisir et j’en lâche un discret soupir, soulagé que cela lui soit passé. Je me redresse alors au fond de mon siège, n’ayant finalement pas besoin de lui tapoter le dos et à nouveau, je prends un air fier. Un léger rire et je réponds tout en haussant les épaules. « Vous savez bien que j'suis unique dans mon genre. » Surtout lorsqu’il est question de rébellion. Alors, pour ce qui est de trouver un Haeyeon plus sage, cela relève de l’impossible. Bien que, face à tant de nourriture, je ne peux qu’être plus sage. Une attitude éphémère à laquelle mon jeune professeur devrait bien en profiter car je ne garantis pas d’être si attentif et sage lorsque l’on se retrouvera entre ces quatre murs de la salle de cours.

Arrêtant de mâcher un instant, je relève la tête tout en réfléchissant. C’est qu’elle n’est pas très facile sa question, elle laisse même place à la réflexion. « C’est dur à dire, je passais plus de temps dehors que devant la télé. Mh, je dirais… Les tortues ninjas et Batman. Et certains disney, comme tout le monde je suppose. J’ai pour habitude de regarder des films avec mon cousins, on regarde un peu de tout. » Sans parler des mangas et comics que je lis encore aujourd’hui et que je collectionne même, mais cela contrastant avec mon image de sportif, je préfère passer outre ce détail. Mangeant quelques bouchées, je reprends ensuite. « Mais je suis d’accord avec vous, je pense que ça peut nous influencer, surtout quand on est gosse… Fin, j’veux dire, suffit de regarder les filles, elles rêvent toutes du prince charmant et se rendent pas compte que c’est pas forcément comme ça dans la réalité. » C’est bien le cas de la démoniaque Minji qui n’a de yeux que pour ce crétin arrogant et froid. N’importe quel idiot pourrait se rendre compte qu’il est loin d’être un prince charmant, mais elle, non. « M’enfin, doit sûrement y avoir quelques exceptions. » rajoutais-je dans un soupir tout en levant les yeux au ciel. Ce couple juste à côté est si niais que c’en est agaçant. Rien à faire, il semblerait bien qu’on soit maudit et contraint de supporter des couples toute la journée. Je bois quelques gorgées d’eau et finalement, j’en profite pour le questionner une nouvelle fois. « Et vous, quels étaient vos passe-temps dans votre jeunesse ? Avant que vous ne vous mettez à travailler. » Il me l’avait dit l’autre jour, avoir commencé à travailler assez tôt pour se payer les études. Alors, je ne peux qu’imaginer que sa jeunesse n’était pas de tout repos.

_________________
(we were younger)
Let's say sunshine for everyone But as far as I can remember We've been migratory animals Living under changing weather. Someday we will foresee obstacles Through the blizzard, through the blizzard Today we will sell our uniform Live together, live together
Revenir en haut Aller en bas
avatar

défenseur
Voir le profil de l'utilisateur http://seoul95.forumactif.com/t59-lim-sully
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day. Dim 24 Juin - 0:28
L’être humain était un animal complexe, nocif pour lui-même bien plus que pour la plupart des espèces peuplant cette planète. Sully aimait énormément échanger sur cette dualité humaine, mais il allait sans doute un peu loin aux regards que le sportif lui lançait, le faisant sourire et mettre un terme à ce débat par la même occasion. Ça ne les empêchait pas de poursuivre malgré tout cette agréable conversation qui à l’origine avait démarré d’un baiser échangé par un couple sous leurs regards grimaçants. Le professeur avait pour mission d’enseigner son savoir et son expérience, bien que moindre en comparaison des jeunes adultes de son âge était celle d’une personne de réflexion. Il s’était longtemps interrogé à ce sujet par rapport à ses propres intérêts en la matière, ses propres goûts, ce qui était par choix, ce qui ne l’était pas, pour se rendre compte qu’au final, peu importe ce qu’on pouvait bien dire de lui, de ses préférences, de sa façon d’être à ce sujet, ça le regardait lui et il ne les imposait à personne, sauf les rares curieux qui auraient décidés comme Hae Yeon de poser la question. Bien que mal à l’aise, ayant étrangement peur de voir dans les yeux de son élève et ami la déception ou le dégoût, Sully avait pris le risque de se confier. Il s’était attendu au pire avec un espoir minime qui l’avait emporté si vivement qu’il n’avait su contenir sa joie. « Unique, c’est le moins qu’on puisse dire et je suis bien content de te connaître » c’était un peu précipité, mais c’était vrai et il n’avait pas d’autres mots que ceux-là pour présenter les choses le plus franchement possible.  « Toi et ta ténacité espiègle »

Le repas servi, le silence reprend ses droits, les deux jeunes hommes avaient faim et mérité leurs dû tandis qu’au dehors, d’autres dévorer à deux des spaghettis d’une façon plus chaleureuse. La scène était en soi particulière, aucun contact et pourtant, la proximité suffisait à elle seule à déstabiliser et provoquer l’émoi d’un réel baiser. Pour Sully, s’en était assez pour qu’il détourne le regard et reprenne son assurance en posant une question liée à Hae Yeon. Il en apprend davantage sur le bout d’homme qui lui confie apprécier Batman, disney et tortues ninjas. Sully acquiesce, approuvant ces choix judicieux. Les dessins animés avaient bel et bien un impact sur les mœurs, pour le professeur, prendre soin d’écouter les médias et à s’informer soi-même était une priorité. L’étudiant était parfaitement conscient de cela, Sully n’en avait pas douté une seconde et il ajoute avec son sourire fier « Effectivement, c’est le risque des médias de ne pas savoir où est la limite entre l’information réelle et ce qui a été rajouté ou simplement les faits derrières une histoire. On ne donne pas souvent de précautions à prendre au public non plus concernant ce qu’il doit croire ou non, bien que ce soit la part de chacun, ce subterfuge arrange bien les grandes institutions » Il hausse les épaules, poursuivant son repas avant de réfléchir en essuyant ses lèvres. Sa tête levée, penchée sur le côté il regardait le plafond. « Comme ça, de mémoire je dirais que je suis amateur de films historiques et artistiques, mais je dirais que lorsque j’étais enfant ou adolescent, j’aimais bien les mystérieuses cités d’or, goldorak, albator, voyons voir » il tapote de son index la nappe, les autres doigts suivant le rythme par la suite. « Astro le petit robot, il y a bien tortue ninja et plus récemment je me suis surpris à apprécier le style policier » Il taira le nom de princesse Sarah et celui de Sailor Moon, mordant l’intérieur de sa joue pour ne pas trahir ces choix plutôt féminins, néanmoins très intéressant à son sens. « Mais je suppose que tu sais où va ma préférence, j’ai toujours privilégié le format papier à celui visuel, l’avantage c’est qu’un livre peut se lire n’importe où contrairement à un dessin animé ou un film » Il n’avait pas eu grandement l’occasion de se poser, entre ses études et ses divers petits boulots, néanmoins Sully ne retenait pas vraiment de mauvais souvenirs de ces années, plutôt satisfait d’avoir emmagasiné des connaissances qui lui sont bien utiles aujourd’hui encore. Il ne regrette pas les choix qu’il a fait, parfois il y pense en se disant que les choses auraient pu être différentes, mais il n’a pas à se plaindre une fois de plus, assez fier de sa petite famille et de toutes ces bonnes actions accomplies à son sens. Un petit sourire avec bonus fossette plus tard, le professeur termine son assiette en observant l’affamée petit démon en face de lui. « Tout ça me fait penser que je comprends mieux pourquoi l’armée, c’est idiot de dire ça, mais les séries animées que tu regardais sont en lien avec ta volonté de fer » La justice n’a peut-être pas autant de place dans l’esprit d’Hae Yeon, mais le sport et cette soif de servir autant que les valeurs qu’enseignent ces animations sont assez proches de celles que cherchent à véhiculer le jeune homme. Voilà ce qu’il était aux yeux de Sully, un futur super héros bien plus vrai que nature.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Re: (sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day.
Revenir en haut Aller en bas

(sully) let's celebrate not having to celebrate valentine's day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Haitians to celebrate Flag Day in Dominica
» (SULLY) ∞ Vous êtes puérils. On dirait des puéricultrices.
» we need to celebrate ? chen & eunmi
» LE CHÂTEAU DE SULLY-SUR-LOIRE
» Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-